21/03/2011

DGSE, MI6 et guerre psychologique en Libye

Les services de renseignement occidentaux ont renforcé leur présence en Libye, dans le but d'appuyer les rebelles et de déstabiliser les piliers du régime Kadhafi.

Au début du mois, un petit groupe composé de deux agents du MI6 et de six équipiers du SAS (Special Air Service) a tenté d'entrer discrètement en contact avec les chefs de la rébellion dans la ville de Benghazi. Cette opération a tourné court lorsque, dès leur descente d'hélicoptère, les huit hommes ont été surpris par des hommes armés qui gardaient une ferme. Capturés, puis remis aux rebelles, ils furent interrogés pendant plusieurs jours avant que les autorités britanniques ne confirment leur mission et ordonnent une extraction par hélicoptère. Évacués vers la frégate HMS Cumberland, ils n'ont toutefois pas pu récupérer tout leur matériel, dont une partie fut conservée par les rebelles. Outre des armes de poing, la petite équipe avait emporté avec elle cinq ordinateurs portables, des émetteurs GPS et plusieurs téléphones satellite, une partie des équipements et documents papiers capturés portant la mention "SECRET". Des rebelles auraient également réussi à se connecter à un réseau de communication sécurisé à partir des ordinateurs, et ce grâce aux identifiants et mots de passe inscrits en clair sur des morceaux de papier.

Il est toutefois probable que les services britanniques n'ont pas été échaudés par cette mésaventure et ont réussi à établir des contacts diplomatiques avec les leaders de la rébellion, comme le gouvernement l'avait initialement prévu. L'envoi de conseillers tactiques est également vraisemblable, à l'image de l'initiative française. Le Canard Enchaîné a en effet révélé que la France aurait fourni, sous couvert de fret humanitaire, des canons de 105mm et des batteries antiaériennes aux rebelles retranchés à Benghazi. Cette opération menée par le service action de la DGSE aurait également permis d'envoyer sur place plusieurs instructeurs, censés aider les combattants à coordonner leurs opérations. Ce recours à des unités de forces spéciales et en particulier à des unités d'opérations clandestines, vise à contourner les dispositions de la résolution du conseil de sécurité qui écarte toute "force d'occupation".

Les services occidentaux ne semblent toutefois pas être les seuls à apporter leurs soutien aux rebelles, puisque certaines informations indiquent que des opérateurs des forces spéciales égyptiennes de l'Unité 777 auraient traversé la frontière pour leur fournir armements et appui tactique.

Les PSYOPS jouent également un rôle important dans ces premiers jours de l'opération Odyssey Dawn, le fameux C-130 modifié Commando Solo de l'US Air Force ayant déjà commencé à émettre à proximité des côtes libyennes, afin d'inciter la marine de guerre loyale à Kadhafi à ne pas intervenir. La nuit dernière, les marins pouvaient entendre sur leurs récepteurs radio le message suivant, diffusé en trois langues "Les vaisseaux libyens doivent rester en port. Le gouvernement de la Libye désobéit à une résolution des Nations Unies d'arrêter les hostilités dans votre pays. Si vous attentez de quitter le port vous serez attaqué et détruit immédiatement. Pour votre propre bien ne quittez pas le port." (Sic). Une tactique low-cost afin d'imposer une zone d'interdiction maritime.

Les Britanniques ont également mis en œuvre leur propre opération de guerre psychologique à distance, le MI6 exploitant pleinement son annuaire téléphonique des officiers libyens. Les officiers supérieurs qui n'ont pas quitté leur poste se voient appelés par des opérateurs du MI6 et des unités de renseignement de la British Army, leur annonçant que les coordonnées de leurs postes de commandement ont été entrées dans les commandes de tir des missiles de croisière britanniques. Le taux de réussite de ces pressions téléphoniques n'a pas encore été publié.

À lire sur l'opération Odyssey Dawn / Harmattan :
- Guerre en Libye : la "furia" française (Défense en ligne)
- Communauté internationale, puissance et Libye (EGEA)
- Petite géopolitique de la guerre de Libye (Secret Défense)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire