25/09/2010

Proxy afghan pour la CIA au Pakistan

De récentes publications révèlent que la CIA a recours à une force paramilitaire afghane pour mener des opérations de contre-terrorisme, notamment au Pakistan.

La CIA s'appuierait depuis 2002 sur une force de 3 000 Afghans n'appartenant pas aux forces gouvernementales, regroupés au sein d'unités baptisées Counterterrorism Pursuit Team. Ces unités, dont l'existence a été révélée par le journaliste Bob Woodward, recevraient de la CIA des missions de renseignement et de combat contre les insurgés en Afghanistan, disposant d'un droit de poursuite à travers la frontière pakistanaise. Leurs opérations seraient contrôlées par la CIA depuis la base Lilley, située à quelques kilomètres du Pakistan.

En parallèle, l'agence centrale du renseignement US entretiendrait un réseau d'informateurs au sein de la communauté pachtoune, qui aurait pour rôle de fournir des renseignements sur la position de chefs insurgés au Pakistan, permettant ainsi de guider des frappes aériennes par drones.

Depuis 2001, la CIA et les forces spéciales américaines ont régulièrement loué les services de milices afghanes pour des opérations de renseignement ou afin d'appuyer leurs opérations de combat. Cette coopération a eu lieu très tôt dans les opérations américaines post-11 septembre, tant avec les combattants de l'alliance du Nord, qu'avec des forces tribales. En décembre 2001, la CIA ne disposant pas d'un nombre suffisant d'opérateurs des forces spéciales, elle requit l'appui de plusieurs milices afghanes pour l'appuyer dans la bataille de Tora Bora, dont les miliciens de Zaman Ghamsharik, un chef tribal jusqu'alors exilé en France près de Dijon.

L'exemple de Tora Bora illustre la pratique ancienne de la CIA consistant à utiliser des Afghans pour former le gros de ses forces combattantes terrestres, suppléées par l'appui aérien américain. Bien que l'Agence ait déployé plus de 700 agents sur le théâtre afghan, elle a recourt à l'externalisation, à travers des milices locales et des SMP, en particulier Blackwater, qu'elle a chargé d'opérations clandestines dans la zone frontalière AfPak. Toujours dans le but de localiser des chefs terroristes, la CIA aurait, par l'intermédiaire de Blackwater, recruté des officiers pakistanais pour des opérations de renseignement humain au Pakistan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire