10/01/2010

Le camouflage français peu adapté à l'Afghanistan

Les retours d'expérience et une récente étude de l'US Army pointent le manque de versatilité du camouflage porté par les soldats français en Afghanistan.

L'Afghanistan représente un vrai défi en terme de camouflage pour les armées de l'ISAF, déployées dans un pays fait de forêts et de champs verdoyants (green zone), de zones montagneuses couvertes de rocaille, de pleines désertiques et de secteurs urbanisés. Les forces terrestres françaises qui opèrent en Afghanistan portent des treillis et des équipements individuels au camouflage standard centre-Europe. Le camouflage de l'arme, autorisé dans plusieurs unités d'infanterie, est laissé à l'ingéniosité du soldat qui fait usage de peintures spéciales, d'adhésifs camouflés ou de bandes de tissu, le tout sous le contrôle de ses supérieurs qui valident ses modifications. Les forces spéciales, pour leur part, ont une grande liberté dans l'acquisition de leurs équipements, employant des camouflages divers, qu'ils s'agissent de camouflages alliés ou de solution commerciales, voire custom.


Le camouflage centre-Europe des forces françaises, adapté aux opérations en métropole, est un exemple typique de camouflage forestier, avec ses taches noires, marrons, beiges et vertes. Les soldats français ont rapidement compris qu'il n'était pas parfaitement adapté à la variété des terrains et des paysages afghan, entraînant une réflexion sur l'utilité d'un nouveau camouflage. La nécessité d'adapter le camouflage des tenues et des équipements au théâtre afghan n'est pas un impératif strictement français, comme le montre les expériences américaines et britanniques en la matière. Les troupes britanniques portent en Afghanistan le célèbre camouflage DPM (Disruptibe Pattern Material), en version woodland et desert. Plusieurs unités d'infanterie de la Royal Army ont pris l'habitude de commander les deux camouflages et choisissent leur tenue en fonction de leur zone d'opérations. Quant aux Américains, ils déploient en Afghanistan deux types de camouflages pour les forces terrestres, le camouflage dit "universel" de l'US Army, UCP (Universal Camouflage Pattern) et le camouflage MARPAT (MARine PATtern) en version désert pour le corps des Marines. Les camouflages UCP et MARPAT, dont les motifs sont formés de pixels de couleurs, font partie des camouflages dits "digitaux" et ont été introduits progressivement dans les forces américaines de 2003 à 2005.

Les critiques à l'égard du camouflage UCP se multipliant des les rangs des soldats déployés en Afghanistan, l'US Army a décidé de lancer un programme d'évaluation afin de mettre au point un nouveau camouflage plus adapté. C'est le centre de R&D de Natick (US Army) qui a été chargé de cette étude menée entre 2007 et 2009. Les camouflages standards de plusieurs forces armées (Chine, Syrie, Royaume-Uni, France) ont été confrontés à l'UCP et au MARPAT américains, ainsi qu'à plusieurs camouflages commerciaux (Natural Gear, Multicam, Mirage), dans plusieurs environnements. Chaque camouflage a ensuite reçu une note en fonction de ses performances en milieu désertique, urban et forestier. L'UCP s'est montré assez décevant, n'apparaissant jamais dans les six meilleurs camouflages, quel que soit le milieu testé. Le Multicam a montré des performances moyennes, apparaissant dans les six meilleurs camouflages, dans les trois environnements testés. Le camouflage français centre-Europe enregistre pour sa part un résultat médiocre en milieu désertique (10ème sur 13) et se classe bon dernier en milieu urbain. Ses qualités de camouflage forestier sont toutefois reconnues, puisqu'il se retrouve en quatrième position dans cet environnement.


Suite à ces évaluations, l'armée américaine a décidé de fournir des tenues Multicam à plusieurs unités pour les tester en Afghanistan, ainsi que des équipements portant un nouveau motif, le UCP Delta, qui ajoute à l'UCP standard une nouvelle nuance de marron, le coyote brown. L'armée britannique, après un crash-program (UOR - Urgent Operational Requirement) de neuf mois, a décidé de remplacer ses actuels camouflages DPM par un nouveau bariolage baptisé MTP (Multi-Terrain Pattern), basé sur le Multicam de la compagnie américaine Crye Precision. L'armée de terre française a déjà remplacé fin 2008 les tenues de ses soldats déployés en Afghanistan, par des treillis type Félin qui arborent toujours le camouflage centre-Europe. En matière de bariolage, la France n'a pas mené à son terme son projet de camouflage modernisé, comme le rappelle Secret Défense, alors qu'un modèle proche du camouflage "à points" de la Bundeswehr (Flecktarn et Wüstentarn) était prêt à être introduit en 2006.

Dans l'attente d'une solution, les Français peuvent se consoler avec les images du camouflage spécial qui habillait le programme Félin de Nexter ou l'autodérision des soldats américains qui maudissent parfois leur UCP.

4 commentaires:

  1. Au fait, quel est le camouflage utilisée par les Talibans ? En ont-ils un ? En ont-ils réellement besoin vu leur efficacité en matières d'embuscade et de harcèlement ?

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils se fondent dans la population civile. Voilà leur camouflage.

      Supprimer
  2. C'est une bonne question.

    Pour ce qu'on peut en observer, leur équipement individuel est assez disparate. On y trouve des battle-dress chinois, russes, américains, pakistanais... Pas vraiment d'uniforme au sens strict.

    En terme de camouflage, ils emploient en priorité l'apparence des civils, des bergers... Tenues très amples type shalwar (man-dress ou pajamas pour les américains), parfois un BDU complet avec porte-chargeurs russe, sous une étoffe ou un long chandail qui peut être retiré rapidement. Ces habits usuels existent en gris, bleu, vert, beige, sable, ce qui procure une forme de camouflage. Le tout avec des chèches de tailles variables, qui sont également employées pour le camouflage.

    Ils emploient des filets de camouflage et des couvertures épaisses ou traitées IR pour être moins visibles aux NVG (plus ou moins efficace). Leur meilleur camouflage reste l'exploitation du terrain et de la végétation. Les compounds et les plantations entourées d'épais murs de terre séchée (qui résistent très bien aux balles) leur servent également de couverture.

    Collection hiver
    Printemps-Eté (notez la sangle de AK rose, très fashion)

    RépondreSupprimer
  3. En effet, les talibans n'ont pas vraiment de camouflage... Ils utilisent des grottes, des trous, des rochers. Mais leurs manteaux en poils de chameau est de la même couleur que le sol: beige et coyote brown.

    Mais tu as raison Electrosphère, oublions le camouflage et retourner au pantalon garance!

    RépondreSupprimer