09/10/2009

LSRS/AAS, plus qu'un simple radar

L'US Navy développe un radar aéroporté dédié officiellement à la surveillance côtière, qui se révèle destiné à l'appui des opérations terrestres et au renseignement.

Ce projet en cours depuis plus de cinq ans fait l'objet de deux programmes sucessifs, le LSRS (Littoral Surveillance Radar System) et son successeur, le futur AAS (Advanced Airborne Sensor). Ces deux systèmes ont fait l'objet de contrats successifs confiés à Boeing, L3-Com et Raytheon.

Le LSRS a débuté comme un programme classifié, mené discrètement par la Navy au début des années 2000, avec la probable collaboration de la CIA. Il visait a développer un radar aéroporté capable de fournir un tracking en temps réel de cibles terrestres (GMTI), pour l'appui des opérations spéciales. Après plusieurs années d'expérimentation aux USA et plusieurs déploiements au-dessus de l'Irak, le programme a été déclassifié par l'US Navy sous l'intitulé de Littoral Surveillance Radar System.

Le système LSRS est un radar à antenne active (AESA), capable de suivre en temps réel des cibles mouvantes d'une taille inférieure à celle d'un véhicule, voire de la taille d'un individu. Cette capacité de détection extrêmement fine permet aux opérateurs au sol de recevoir des données tactiques précises et de suivre discrètement des cibles humaines. Le système est embarqué dans un long pod placé sous le fuselage de l'aéronef, en l'occurrence les P-2 et P-3 utilisés lors des phases de test et à terme, l'avion de surveillance maritime P-8 Poseidon de Boeing. L'interopérabilité du radar avec les différents systèmes alliés a été testée en Irak et en Afghanistan, ainsi qu'au cours d'exercices internationaux, tels que Empire Challenge et SIMEX.

L'AAS sera le successeur du LSRS, avec des caractéristiques techniques pour l'instant non détaillées. L'AAS pourrait lui aussi être équipé d'un radar AESA de nouvelle génération et de systèmes d'enregistrement et d'analyse plus récents. Les caractéristiques et la puissance de ce radar pourraient lui conférer, comme aux avions de chasses les plus récents, une capacité de guerre électronique, en émettant des micro-ondes pulsées de forte intensité capables d'endommager des systèmes électroniques.

Le développement du LSRS et de l'AAS, démontre la volonté de l'US Navy d'assumer une place de choix dans les opération en cours, au-delà de ses missions maritimes, en fournissant un appui ISR aux forces terrestres conventionnelles et aux forces spéciales.

Sources: Ares, C4ISR Journal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire