24/08/2009

Les Mirage 2000D peu appréciés en Afghanistan

© AdALes Mirage 2000D français, déployés en Afghanistan afin d'assurer des mission d'appui aérien rapproché, seraient considérés comme peu adaptés par les troupes au sol.

Les critiques à l'égard de l'appareil et de ses capacités se seraient multipliées, poussant parfois les JTACs (Joint Terminal Attack Controller), les coordinateurs de l'appui feu rattachés aux unités terrestres, à réclamer d'autres appareils afin de remplacer des Mirage pourtant disponibles. L'obsolescence de l'équipement intégré à l'appareil et sa faible capacité d'emport de munitions, sont mises en avant par les troupes de la coalition pour qualifier cet appareil "d'appui aérien le moins apprécié".

Le reporter Michael Yon, embarqué (embedded) dernièrement au sein du 2 Rifles, régiment d'infanterie de la British Army déployé dans la province d'Helmand, a interrogé un JTAC britannique sur l'appui aérien fourni par la coalition. Selon lui, l'appareil le plus apprécié des JTACs est le F15E Strike Eagle, qui emporte pas moins de 12 bombes de précision, un canon de 20mm, des systèmes de visée de grande qualité et un pod de guidage (Sniper, Litening) capable de transmettre en temps réel un flux vidéo (downlink) vers les troupes au sol. Le bombardier B1 et le A10 apparaissent également en tête de liste.

Des quatorze appareils de la coalition amenés à appuyer les forces terrestres, le moins apprécié serait le Mirage 2000D. Un groupe de deux appareils n'emporterait que quatre bombes guidées GBU12, ne fournirait pas d'appui au canon et ne dispose d'aucun downlink permettant aux JTACs d'orienter précisément les pilotes. Le repérage des cibles se ferait aux jumelles, les optiques embarquées étant apparemment inadéquates. Néanmoins, la compétence des pilotes français est saluée par les troupes britanniques, malgré des transmissions parfois laborieuses.

Les déficiences des appareils français ont été soulignées à plusieurs reprises, notamment au cours des auditions du LBSDN, mais également plus récemment, concernant les Super Etendard et leur faible capacité d'emport. En Afghanistan, ces appareils seraient parfois contraints à n'emporter qu'une seule bombe GBU12 ou un pod de désignation laser Damocles.

Un guidage précis de l'appui aérien est crucial lors des combats rapprochés entre forces de la coalition et insurgés. Cet impératif est renforcé par la volonté de l'OTAN de limiter drastiquement les pertes civiles lors des bombardements. À cet effet, l'Armée de l'Air teste actuellement des pods de transmission américains ROVER, capable de fournir en temps réel un flux downlink vers les JTACs, afin d'accroître la précision des frappes. L'acquisition de ce système et son déploiement en Afghanistan réussira peut-être à faire apprécier l'appui aérien français aux soldats de la coalition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire