06/03/2009

MOX en stock

Flickr: kmartGreenpeace s'indigne contre le départ d'une cargaison de MOX vers le Japon, clamant que ce chargement radioactif représente l'équivalent de 225 bombes nucléaires.

Le Pacific Heron et le Pacific Pintail, deux navires de la compagnie INS (International Nuclear Services) affrétés par Areva ont quitté Cherbourg le 5 mars pour un voyage de 70 jours à destination du Japon.

Le Pacific Heron, navire de classe INF3 est un cargo de 100m de long, spécialement conçu pour le transport de matières nucléaires. Il serait chargé de 65 pastilles de combustible MOX, assemblées dans des crayons pour un chargement total d'1.8 tonnes de MOX, selon Greenpeace.

Le Pacific Pintail ne serait pas chargé de combustible et assurerait un rôle d'escorte comme le protocole [PDF] d'Areva le prévoit.

Ces deux navires seraient armés de canons de 30mm et seront protégés par des policiers britanniques du CNC (Civil Nuclear Constabulary) au cours du transport.

La présence de policiers, l'armement des navires et le renforcement des emballages TN 12/2, pesant chacun près de 100 tonnes, rendent difficile une tentative d'abordage ou de vol du combustible.

Le combustible MOX (Mixed Oxide fuel) est un mélange d'oxyde de plutonium (PuO2) et d'oxyde d'uranium (UO2), issu du recyclage de combustibles nucléaires et d'uranium appauvri. La quantité de plutonium contenu dans le MOX est de 5 à 10%, il est mélangé à de la poudre d'oxyde d'uranium et chauffé à 1700°C pour former des pastilles.

L'emploi de MOX à des fins militaires serait peu aisé et nécessiterait sans doute un programme nucléaire avancé. Bien qu'il contienne du plutonium, son niveau d'enrichissement et sa teneur élevée en isotopes Pu-240 et Pu-238 le rendent peu propice à la fabrication d'une arme nucléaire. Son utilisation dans la conception d'une bombe radiologique demeure toutefois théoriquement possible.

Selon les différents communiqués de Greenpeace, le chargement pourrait contenir 1.8 tonne de plutonium ou 1.8 tonne de MOX, soit beaucoup moins de plutonium. L'organisation opposée au nucléaire emploie une sémantique pour le moins ambiguë, entre plutonium et MOX, affirmant que ce chargement pourrait servir à la fabrication de 225 bombes nucléaires. Un nombre impressionnant pour un plutonium mélangé de qualité réacteur et non de qualité militaire...

Sources: Reuters, Greenpeace, Areva, WNA, FAS.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire