09/03/2009

Le renseignement britannique à l'épreuve

Whitehall - © MOD 2009Le renseignement britannique, confronté à des menaces directes sur son territoire, pourrait subir prochainement de nouvelles coupes dans ses rangs.

Un récent rapport de l'ISC (Intelligence Security Committee) [PDF] suggère une probable réduction d'environ 20% des personnels de renseignement du DIS (Defense Intelligence Staff), basés à Whitehall (Londres).

Le DIS est l'agence de renseignement militaire britannique, dotée d'environ 4 500 personnels, dont 60% de militaires issus des trois armées. Elle assure des missions de renseignement (toutes sources), de conseil et de prospective pour le ministère de la défense (MoD) et d'autres administrations britanniques.

Cette annonce de réduction d'effectifs dans le renseignement britannique intervient dans un contexte particulièrement tendu, alors que le Royaume-Uni fait face à de multiples menaces et à une résurgence du terrorisme en Irlande du Nord.

La menace islamiste, priorité du renseignement intérieur britannique depuis les attentats de juillet 2005 mobilise toutes les ressources du MI5. Ces opérations des services britanniques ont notamment permis de réduire les menaces terroristes sur les réseaux de communications, les réseaux de distribution et sur la population civile.

Les moyens techniques et humains du MI5 ne suffisent toutefois pas à assurer cette surveillance contre les mouvances islamistes, amenant la CIA à mener ses propres opérations au Royaume-Uni, avec l'aval du gouvernement Brown.

La surveillance de cellules indépendantes de l'IRA, qui représentait en juillet 2008 près de 60% des interceptions de communications effectuées par le MI5, mobilisait elle aussi d'importants moyens humains. Ces dissidents armés, estimés à 80 individus, étaient considérés par les services de sécurité comme la principale menace terroriste en Grande-Bretagne.

La crainte d'une attaque contre des militaires, des agents de police ou des gardiens de prison s'est révélée justifiée et les moyens mis en oeuvre pour surveiller ces éléments radicaux n'ont apparemment pas suffit.

Deux soldats du 38 Engineer Regiment ont été tués ce 7 mars, à l'entrée de leur caserne de Massereene, par deux hommes armés et masqués. Deux autres soldats et deux livreurs ont également été blessés par balles, dans une attaque revendiquée par le groupuscule radical Real IRA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire