16/02/2009

La France peut-elle affaiblir l'OTAN ?

Un think-tank américain avance l'idée selon laquelle la réintégration de la France dans la structure militaire intégrée pourrait affaiblir l'OTAN.

L'institut de recherche politique conservateur Heritage Foundation, conseille aux USA de ne plus soutenir les ambitions françaises en ce qui concerne le développement de la défense européenne au sein de l'OTAN.

Nicolas Sarkozy a en effet souligné depuis le début de son mandat sa volonté de voir la défense européenne se développer, par la création d'une réelle force de défense européenne et la conduite de programmes technologiques communs. Le Président a d'ailleurs rappelé cette intention au cours de son intervention, durant la conférence de Munich. Il a également réaffirmé sa volonté de voir la France retrouver sa place dans le commandement intégré de l'OTAN, une décision saluée par Jaap de Hoop Scheffer et critiquée par les ténors de l'opposition.

Heritage Foundation considère que la stratégie française de développement d'une force européenne entre en concurrence avec l'OTAN et pourrait affaiblir l'Alliance, ainsi que le couple UK-USA. L'appui des américains et des britanniques au projet français constituerait même "une erreur de jugement stratégique", donnant à Paris "un extraordinaire degré de pouvoir et d'influence".

La Fondation américaine s'avance peut-être un peu en considérant que l'UE puisse se doter, par la seule impulsion française, d'un bras armé capable d'affaiblir l'alliance qui structure la défense occidentale depuis 60 ans.

Bien que la France et l'Allemagne aient fait de la sécurité de l'Europe une priorité, la défense européenne demeure à un état relativement embryonnaire, en terme de forces allouées, de moyens financiers et de coopération générale. La crédibilité des battle groups, symboles de cette défense en construction, reste incertaine, notamment en ce qui concerne l'interopérabilité opérationnelle.

Malgré le dynamisme affiché par Sarkozy, une accélération réelle au sein de la PESD ne se fera pas sans une volonté forte de la part des 27. En période de crise budgétaire et alors que plusieurs pays européens réduisent leurs coûts de défense, l'effort nécessaire à la création d'une vraie puissance militaire européenne, n'apparaît pas à l'horizon.

Il n'est pas certain que la nouvelle place accordée à la France dans l'OTAN constitue un levier majeur pour pousser ses partenaires à constituer une force européenne capable d'affaiblir l'alliance atlantique, comme semble le penser Heritage Foundation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire