27/01/2009

Mésaventures du MI6 au Kazakhstan

Nazarbaiev/AliyevLe MI6 se retrouve impliqué dans une possible fuite d'informations, au beau milieu d'un véritable Kazakhgate.

Selon le Sunday Times, deux agents du MI6 auraient fourni des informations confidentielles sur les activités du gouvernement kazakhstanais, à une firme spécialisée dans la gestion des risques. Les consultants de cette firme, auraient rédigé un rapport de 300 pages résumant les informations livrées par les deux agents du Six.

Les informations divulguées souligneraient notamment l'intérêt particulier du MI6 pour les activités de la compagnie pétrolière canadienne Hurricane Hydrocarbons, au Kazakhstan.

Ces consultants auraient été embauchés par le Departement of Justice américain, afin d'enquêter sur de possibles pots-de-vin versés par des compagnies pétrolières américaines au gouvernement kazakhstanais.

Le rapport obtenu par le Sunday Times, émanerait de Global Options Management, une firme de sécurité privée basée à Washingon et Londres. Alexander Mirtchev, un expert des questions économiques, serait un des employés de cette entreprise et aurait été désigné par des membres de l'opposition kazakhe comme un proche du président Noursoultan Nazarbaiev.

Suite à la publication de l'article, un officiel britannique a déclaré que le rapport des consultants ne correspondait pas aux informations du MI6 et un diplomate kazakhstanais a nié que son pays puisse être impliqué dans des activités illégales.

Une des principales sources du Sunday Times serait Rakhat Aliyev, une personnalité politique de premier plan au Kazakhstan. Lire la suite >>

Dans les années 80, il épousa Dariga, la fille aînée de Nazarbaiev et accéda par la suite à de nombreux postes officiels. Après une carrière d'homme d'affaires dans les années 90, il devient chef de la police financière en 1998. En 1999, il est nommé responsable régional (Almaty) du Comité pour la Sécurité Nationale (KNB), avant d'en devenir patron en 2000. Après avoir dirigé le service de sécurité du Président, il devient ambassadeur du Kazakhstan en Autriche en 2002, puis Vice-Ministre des Affaires Etrangères en 2005.

Au cours de sa carrière administrative, Aliyev prend le contrôle d'un bon nombre de médias kazakhs et est accusé par l'opposition d'une surveillance abusive de la presse. Ces accusations donneront lieu à une première crise politico-médiatique en 2001. Il devient également un des principaux actionnaires de Nurbank, une des plus importantes banques du Kazakhstan.

À la tête du KNB, il aurait acquis la réputation d'un homme cruel aux méthodes musclées, ce qui aurait poussé Nazarbaiev à le nommer ambassadeur en Autriche, afin de l'éloigner des services de renseignement.

En février 2007, une enquête est ouverte concernant la disparition de deux dirigeants de Nurbank et les soupçons des enquêteurs se dirigent vers Rakhat Aliyev. Il est alors à nouveau nommé ambassadeur en Autriche par son beau-père, le président Nazarbaiev. Il sera peu après démis de ses fonctions de diplomate, après de virulentes critiques à l'égard du gouvernement. En juin 2007, sa femme Dariga demande et obtient un divorce, qu'il n'aurait pas consenti.

Aliyev risque désormais jusqu'à 20 ans de prison au Kazakhstan, la justice le considérant directement lié à la disparition des cadres de Nurbank. Usant de son influence dans les médias, il est devenu un opposant politique à Nazarbaiev, accusant son ancien beau-père de confisquer le pouvoir et annonçant sa possible candidature aux présidentielles de 2012.

Le ressentiment que nourrit Aliyev à l'égard du président Nazarbaiev et le fait que son ex-femme ait pu faire appel aux consultants impliqués, laissent planer un doute sur les informations du Sunday Times et sur l'existence d'une fuite du MI6 au Kazakhstan.

Sources: Radio Free Europe, Axis News, Times Online, Eurasia Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire