26/01/2009

La CIA achète la paix en viagra

Flickr:FelixeLa CIA distribuerait du viagra à certains chefs tribaux d'Afghanistan afin d'obtenir leur soutien dans la lutte contre les insurgés.

Un officier de la CIA a rapporté au Washington Post qu'il aurait obtenu le soutien d'un chef tribal sexagénaire, époux de quatre femmes, en lui offrant des pilules bleues.

Au-delà de l'anecdote, les négociations entre forces de la coalition et chefs tribaux, comprennent souvent un bonus en nature, qu'il s'agisse d'armements, d'argent, de soins, de commodités ou de facilités administratives.

Ces arrangements ne sont pas toujours vu d'un bon oeil par le gouvernement central de d'Amid Karzaï, comme l'a démontré l'expulsion d'Afghanistan de deux diplomates britanniques, suite à une rencontre secrète avec un chef taliban dans la province de Helmand.

En Irak, des milices tribales se sont vues offrir un statut officiel, qu'il s'agisse de milices sunnites employées comme contractors ou des Sons of Irak (Awakening Councils), intégrés au sein des forces régulières et de l'administration. La transposition de ce modèle sécuritaire à l'Afghanistan, semble toutefois épineuse .

L'idée d'une discussion ouverte avec les insurgés semble faire son chemin, y compris au Quai d'Orsay, mais des négociations officielles ne pourront avoir lieu sans l'aval des Américains.

Néanmoins, les services de renseignement américains ne se contentent pas de jouer les représentants pharmaceutiques et poursuivent leur travail de mentoring avec l'armée afghane. Un centre de renseignement tripartite a été inauguré à la frontière pakistano-afghane, afin de favoriser l'échange de renseignement entre les services afghans, pakistanais et américains.

Ce centre a pour but de renforcer le contrôle de cette frontière très poreuse et de protéger l'axe stratégique de la passe de Khyber.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire