04/12/2008

Quelques réflexions sur le front afghan

L'attaque du 8 en vallée d'Uzbin

• L'attaque de la section Carmin 2 du 8ème RPIMa qui a entraîné la mort de 10 soldats français et bouleversé l'arrière, est décrite en détails par les membres de l'unité dans un article publié par Valeurs Actuelles et mis à disposition par l'Armée de Terre [PDF].

• L'embuscade a donné lieu à un coup de gueule du général François Cann, commandant du 8e RPIMa de 1977 à 79, qui remet en cause la stratégie adoptée par la coalition. Il souligne la nécessité d'opérations de pacification, l'absence de renseignement fiable en provenance des populations et émet des doutes sur la capacité de résilience des Français. À lire sur le blog L'Afghanistan d'Isabelle Bal.

• Michael Yon s'est rendu sur le lieu de l'embuscade, à proximité du village de Sper Kundy. Il offre la vision d'une zone de non-droit, où bandits et seigneurs de la guerre règnent en maîtres, et où il est difficile de distinguer les civils, des insurgés. Yon publie plusieurs photographies de combattants afghans portant en trophée de l'équipement français et des témoignages de locaux sur le déroulement de l'embuscade.

La recrudescence de la violence

• L'accroissement aigu de la violence en Afghanistan depuis 2007, se traduit notamment par des attaques plus nombreuses contre la coalition, dont l'assaut sur le camp de Wanat est devenu un symbole. Le quotidien des forces de l'OTAN dans les FOB est plus que jamais marqué par les combats et le harcèlement des insurgés.

• La coopération interalliée ne semble toutefois pas dégradée dans les FOB, comme l'illustrent les regards croisés du blog de Merlin, où sont toutefois soulignés les manques de moyens et d'entraînement des militaires français.

Les doutes stratégiques

• Les doutes sur la stratégie de la coalition se multiplient dans les médias. La nature des opérations et la taille des contingents déployés sont remis en cause, tout comme les modalités des efforts de pacification et d'administration du pays.

• L'effort de reconstruction semble lui aussi pâtir d'un certain flou, illustré par l'article désabusé de Roman Skaskiw, ancien officier au sein d'une PRT. La reconstruction en Afghanistan n'est envisagée par certains que sur une période de 10 ou 20 ans, prédisant un engagement à long terme des forces occidentales.

Le renforcement tardif des moyens aériens français

• L'embuscade tragique d'août 2008 a amené la France a envoyer au mois d'octobre deux Gazelle Viviane (caméra thermique/missiles HOT) et un EC725 Caracal sur le théâtre afghan. Les pods de désignation Damocles auraient également été dotés d'un transmetteur bande C afin de renforcer la compatibilité avec les systèmes alliés. À terme, la France devrait également déployer des hélicoptères de combat Tigre et des drones SiDM.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire