17/12/2008

Quand la propagande remplace les Stingers

Le lance-missile sol-air Stinger (FIM-92) est un des symboles de l'assistance qu'ont porté les Etats-Unis aux moudjahidines afghans, contre les forces soviétiques dans les années 80. Ces missiles ont eu un effet sensible sur les forces aériennes russes, à tel point que le Stinger est parfois considéré comme l'arme qui a bouté les soviétiques hors d'Afghanistan.

Les moudjahidines possédaient plusieurs centaines de Stingers, dont la plupart ont probablement été utilisés, revendus ou rachetés par la CIA grâce à un fond de plusieurs millions de dollars.

L'appui aérien de l'US Air Force et de l'OTAN est une composante majeure des opérations en Afghanistan. Des le début de l'Operation Enduring Freedom (OEF), les forces spéciales américaines ont fait un usage intensif de leur appui aérien. Les SOF, appuyées par l'Alliance du Nord, n'ont pas hésité à attaquer en infériorité numérique les talibans, allant jusqu'à mener des charges de cavalerie contre un ennemi mécanisé, afin de fournir des cibles dégagées aux forces aériennes.

Cet appui fournit toujours un avantage indéniable à l'ISAF et les insurgés restent incapables de s'attaquer efficacement à la composante aérienne de l'OTAN, en l'absence d'armement adapté. Malgré l'emploi de bombes guidées toujours plus précises, l'OTAN demeure responsable de dommages civils collatéraux et de tirs fratricides en Afghanistan.

Face à l'attrition dans leurs rangs, les insurgés n'hésiteraient pas à user de propagande et de désinformation, faisant des bombardements de la coalition des vecteurs systématiques de bavures. Tim Foxley du SIFRI (Stockholm International Peace Research Center), considère que les talibans emploient cette propagande comme une véritable contre-mesure aux attaques aériennes, remplaçant ainsi le célèbre Stinger.

L'attention des médias et de l'opinion sur les dommages collatéraux pousse l'OTAN à limiter ses bombardements, face à un ennemi qui utilise les villages comme des sanctuaires et les civils comme des boucliers humains. Les chasseurs-bombardiers effectueraient désormais certaines sorties uniquement dans le but d'opérer des low-pass d'intimidation au-dessus de l'ennemi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire