18/12/2008

Le retour des bombes-ventouses

Flickr BBC Les bombes-ventouses (sticky bombs) et autres grenades magnétiques sont des armes antichars. Développées dès la seconde guerre mondiale, elles sont tombées en désuétude avec l'arrivée des lance-roquettes portatifs.

Plusieurs modèles de grenades-ventouses ont été développés durant la seconde guerre mondiale parmi lesquels la No 74 ST Grenade britannique, grenade dotée d'une charge de nitroglycérine et couverte d'une résine très adhésive; la grenade magnétique japonaise Type 99, ou "Mine Tortue"; ou encore la charge magnétique allemande Hafthohlladung 3, à charge formée, ancêtre des EFP (Explosive Formed Penetrator).

Les charges explosives adhésives ou magnétiques, grâce à leur contact direct avec le char permettent de maximiser les dégâts, de perforer son blindage (charge formée) ou de l'immobiliser. Des bombes-ventouses artisanales, ont également été employées dans des attentats, notamment pour piéger des véhicules ou attaquer des convois.

En Irak, l'utilisation des bombes-ventouses (Sticky IEDs) aurait augmenté au cours de l'année 2008, avec environ 200 cas répértoriés impliquant l'utilisation de bombes magnétiques. Ces charges posées discrètement sur le véhicule à détruire ou sur un véhicule tiers à proximité d'un objectif, permettent aux insurgés d'atteindre directement leur cible ou de la stopper lors d'une embuscade.

Le retour des bombes-ventouses, cette fois dans l'arsenal des insurgés irakiens, est un exemple de leur capacité d'adaptation, alors qu'ils délaissent les attentats de masse et profitent du contexte urbain pour poser des charges à l'efficacité redoutable, tout en limitant leur exposition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire